meta http-equiv="content-type" content="application/xhtml+xml; charset=UTF-8" Content-Type text/html; charset=UTF-8 Web Net Museum-Fred forest-Retrospective-Art sociologique-Esthetique de la communication-Interrogation-Oeuvres Actions-Le centre du monde

||||||||||||||||||||||||||||||

Fred Forest - Retrospective
Art sociologique - Esthétique de la communication
Exposition Art génératif - Novembre 2000
Exposition Biennale 3000 - Sao Paulo - 2006

PRESENTATION
EXPOSITIONS
REFLEXION
COLLOQUES
ACTUALITES
CONTACT

> Editorial
> Oeuvres/Actions
> Textes critiques
> Biographie
> Bibliographie
> Note synthétique
> Retrospective en ligne
> Conférence audio
> Vidéo

1 ANIMATION SOCIOLOGIQUE/PORTRAIT DE FAMILLE 1967
2 ACTIONS VIDEO, LA CABINE TELEPHONIQUE/LE MUR D'ARLES 1967
3 INTERROGATION 1969
4 SPACE - MEDIA 1972
5 LES GESTES AVEC LA PARTICIPATION THEORIQUE DE VILEM FLUSSER 1972
6 RENCONTRE AVEC FRED FOREST 1972
7 UN ESPACE VIDE POUR VOUS 1972
8 LE CAPITOLE 1972
9 ARCHEOLOGIE DU PRESENT 1973
10 VIDEO - TROISIEME AGE 1973
11 XIIe BIENNALE DE SAO PAULO 1973
12 PROMENADE SOCIOLOGIQUE ABROOKLYN 1973
13 LE PETIT MUSEE DE LA CONSOMMATION 1973
14 AUTOPERCEPTION ELECTRONIQUE 1974
15 VIDEO PORTRAIT D’UN COLLECTIONNEUR 1974
16 RESTANY DINE ALA COUPOLE 1974
17 TELE-CHOC-TELE-CHANGE 1975
18 NEW-MEDIA N° 1 1975
19 J'EXPOSE MADAME SOLEIL, EN CHAIR ET EN OS 1975
20 BIENNALE DES ANNEES 2000 1975
21 LA FAMILLE VIDEO 1976
22 LA PHOTO DU TELESPECTATEUR 1976
23 LE METRE CARRE ARTISTIQUE 1977
24 QM KUNST 1977
25 LA MAISON DE VOS REVES 1978
26 "LIBE" ŒUVRE D'ART 1979
27 LE TERRITOIRE 1980

28- LA BOURSE DE L'IMAGINAIRE

1982

29 AUTOPSIE DU DISCOURS POLITIQUE

1983
30 ICI ET MAINTENANT 1983
31 L’ESPACE COMMUNICANT 1983
32 LA CONFÉRENCE DE BABEL 1983
33 BLEU ELECTRONIQUE : HOMMAGE A YVES KLEIN 1984
34 APPRENEZ A REGARDER LA TELEVISION AVEC VOTRE RADIO 1984
35 DOCTORAT ES-LETTRES ET SCIENCES HUMAINES 1985
36 CELEBRATION DU PRESENT 1985
37 SCULPTURE TELEPHONIQUE PLANETAIRE 1985
38 LE RALLYE TELEPHONIQUE 1986
39 LE TEMPS DE L’ECRITURE ELECTRONIQUE 1986
40 NOMBRE D’OR ET CHAMP DE FREQUENCE 14 000 HERTZ 1987
41 AVIS DE RECHERCHE : JULIA MARGARET CAMERON 1988
42 ZENAIDE ET CHARLOTTE À L’ASSAUT DES MEDIAS 1988
43 JOGGING DANS LE PARC 1989
44 RITUELS TELEMATIQUES POUR NUITS BLANCHES 1989
45 BALLADE POUR CHANGEMENT DE REGIME 1989
46 HOMMAGE A MONDRIAN 1989
47 LA BIBLE ELECTRONIQUE ET LA GUERRE DU GOLFE 1991
48 FRED FOREST PRESIDENT DE LA T.V. NATIONALE BULGARE 1991
49 LE ROBINET TELEPHONIQUE 1992
50 LES ROBINETS PLANETAIRES 1992
51 LES MIRADORS DE LA PAIX 1993
52 THEATRE CINEMA RADIO TELEVISION INTERNET 1995
53 TERRITOIRE DES RESEAUX 1996
54 PARCELLE RÉSEAU 1996
55 J’ARRETE LE TEMPS 1998
56 LA MACHINE A TRAVAILLER LE TEMPS 1999
57 TOUCH ME 1999
58 LE TECHNO-MARIAGE 1999
59 LE CENTRE DU MONDE 1999
60 UNE POMME PEUT EN CACHER UNE AUTRE… 1999
61 FETE DE L’INTERNET 2000 2000
62 COULEUR-RESEAU 2000
63 Webnetmusum.org http://www.webnetmuseum.org 2001
63 Bis Sorite des Territoires/offrez votre pied 2001
64 TERRITOIRE DU CORPS ET CORPS RESEAU http://viande.fredforest.net
2002
65 GRENOBLE AU CENTRE DE LA TOILE http://www.fredforest.org/fete/ 2003
66 INTERNET A LA LOUPE http://www.fredforest.org/loupe 2004
67 IMAGES-MEMOIRE http://www.fredorest.org/Ina 2005
68 DIGITAL STREET CORNER 2005
69 BIENNALE DE L'AN 3000 - MAC (Musée d'Art Contemporain) de Sao Paulo 2006
70 RETROSPECTIVE FRED FOREST - SLOUGHT FOUNDATION OF PHILADELPHIE 2007
71 BIENAL DEL FIN DEL MONDE, " LA SENTINELLE DU BOUT DU MONDE 2007
72 MIRADORS DE LA PAIX 15 ANS PLUS TARD - SARAJEVO, GALERIJA 10 m2 2007
73 CENTRE EXPERIMENTAL DU TERRITOIRE - SECOND LIFE/PROMENADE DES ANGLAIS 2008
74 STOCKEZ VOS ORDURES SUR SECOND LIFE 2008
75 CORRIDA SUR SECOND LIFE CREATION FRED FOREST 2008
76 CENTRE EXPERIMENTAL DU TERRITOIRE, SECOND LIFE, MAC SAO PAULO 2009
77 EXPOSITION FRED FOREST UNESP 2009
78 GHERSWHIN HOTEL AND WHITE BOX NEW YORK 2009
79 EXPOSITION/ACTION/DEMONSTRATION FRED FOREST ACADEMIE LIBANAISE DES BEAUX ARTS 2010
80 RELANCE DE LA BIENNALE 3000 2010
81 THE TRADERS BALL 2010
82 EGO CYBERSTAR 2010
83 UNE VIE EN 100 PORTRAITS 2010
84 VIDES, LE SYMPOSIUM 2011
85 ART BY TELEPHONE, UNE INSTALLATION DE FRED FOREST 2011
86 FLUX ET REFLUX LA CAVERNE INTERNET 2011
87 UNE EXTENSION DE FLUX ET REFLUX LA CAVERNE DE L'INTERNET 2011
88 PROMENADE SOCIOLOGIQUE 2011
89 L'ŒUVRE SYSTEME INVISIBLE ET M2 INVISIBLE 2011
90 DE L'ART SOCIOLOGIQUE A L'ESTHETIQUE DE LA COMMUNICATION 2011
91 LE M2 ARTISIQUE INVISIBLE 2011
92 LA CONVERSATION 2011
93 PERFORMANCE VIDEO VINTAGE - CENTRE POMPIDOU 2011
94 DECRYPTAGE CITOYEN DU MEDIA 2013
95 VISITE AUGMENTEE AVEC DES GOOGLE GLASS OU PROMENADE SOCIOLOGIQUE 2014
96 FONDATION CARTIER POUR L’ART CONTEMPORAIN - SOIREE NOMADE 2014
97 MEDIAS EN PARTAGE 2015
98 PARTICIPATION A FLUSSER BODENLOS 2015
99 FLUSSER AND THE ARTS 2015
100 PERFORMANCE OSI 2015
101 VIDEO PORTRAIT D’UN COLLECTIONNEUR 2016

56

INTERNET INSTALLATION

LE CENTRE DU MONDE

ESPACE PIERRE CARDIN, PARIS

http://www.fredforest.worldnet.net/centre/

15-19 SEPTEMBRE 1999

 

TEXTE DE PRESENTATION PIERRE RESTANY

TECHNO-MUSIQUE CHRISTIAN VALEZY

 

CONCEPT :

Le centre du monde existe-t-il encore, quelque part, à l'heure de la société d'information et de communication généralisée ?

Le centre du monde s'il existe jamais encore, au moment où les réseaux se croisent et s'entrecroisent dans le Cyberespace d'une façon si serrée, est en passe de perdre son statut et sa place. Il est condamné à se dissoudre dans le bain électronique dans lequel nous sommes désormais tous immergés. Le centre du monde est maintenant à la fois partout et diffus, c'est à dire, paradoxalement nulle part !!!

Le centre du monde que chacun d'entre-nous porte en soi, comme un axe d'équilibre nécessaire, cherche à retrouver ses repères, ses appuis, ses marques, son assise intérieure qui vacille. L'individu plongé dans un magma d'informations fragmentées en subit les assauts et les flux toujours plus denses, plus inextricables. De la situation de point central " unique " et " irremplaçable ", à la fois géographique, spatial, idéologique, philosophique, qu'il représentait jadis, le centre du monde n'est plus aujourd'hui qu'une surface dilatée aux dimensions indéfinies d'une nébuleuse que des experts savants et patentés nomment le " global ". Un non-lieu paradoxal tandis que s'exacerbent, ici ou là, comme d'ultimes résistances, des nationalismes anachroniques et des régionalismes de folklore qui tentent un combat perdu d'avance contre l'évolution irréversible et la délocalisation généralisée. Il faut bien le constater : le centre du monde, comme nous le vérifions chaque jour, a entamé son processus de lente désagrégation qui l'amène peu à peu à se déplacer, à se disperser, à s'effacer.

À être ici ou là, au gré des circonstances et des connexions. À se multiplier à l'infini dans des circulations imprévisibles pour l'homme mais toujours objet, par contre, de programmations implacables en langage binaire " pour " et " dans " la machine. Avant de courir le risque qu'il ne disparaisse à jamais, ce centre du monde, nous avons pensé qu'il serait légitime de lui consacrer une sorte de dernier hommage, d'intervenir sur ce qu'il en reste, encore d'identifiable, et tant que faire se peut, " ramasser " ses éclats dispersés, les réunir à nouveau, pour le donner à voir, une fois encore, au moins, dans son intégralité, sa splendeur et sa singularité, avant qu'il ne disparaisse peut-être pour toujours, définitivement, englouti et digéré, dans un processus historique dans lequel l'aventure de l 'homme et ses séquelles anthropomorphiques n'auront été qu'accident sublime et dérisoire. Si ces vingt dernières années, l'homme a colonisé la lune, envoyé ses robots et ses sondes dans l'espace intersidéral pour tenter de laisser son empreinte sur les territoires les plus lointains, il a compris qu'avec le Cyberespace la distance, et par conséquent l'espace, étaient désormais abolis par la communication électronique instantanée. Devant nos yeux ébahis, le monde " tout entier " peut être maintenant convoqué, d'un seul geste de la main, sur la surface lisse et plane d'un écran plasma. Un miroir à travers lequel l'imaginaire de l'homme, connecté à l'univers, ne connaît plus aucune limite, ni spatiale, ni temporelle.

Dans cette situation historique, il peut paraître à la fois naïf et présomptueux qu'un artiste prétende, pour trois jours consécutifs, reconstituer le " centre du monde " et l'offrir ainsi au creux de sa main, joyau précieux, comme le cœur névralgique de la communication planétaire. Il sait bien qu'il ne peut y parvenir tout seul… et c'est bien pour cela qu'il invite, aujourd'hui, sur le réseau, tous les internautes de bonne volonté à contribuer par un travail coopératif à " retrouver ", ne serait-ce que le temps d'une connexion, ce centre-là. Ce centre qui est pour nous tous comme l'alpha et l'oméga, où peut se butiner encore tout ce qui reste du sens. Sans doute, alors, le centre du monde, comme nous l'avons toujours connu, ce lieu de méditation et d'équilibre que chacun porte en soi, restera-t-il encore présent en nous, malgré la fluidité et la mouvance des réseaux, la fureur des images, pour peu que nous sachions le " refonder " ce centre, autant de fois qu'il sera nécessaire, avec une lucidité et une vigilance qui ne devront jamais se laisser distraire, ni abuser, par l'unique fascination des machines.

 

DISPOSITIF :

Comme un principe devenu maintenant un usage courant pour l’artiste, cette installation interactive met en œuvre une installation in situ dans l’Espace Cardin, en même temps que simultanément, un site Internet permet aux internautes du monde entier (action à distance développée par les théoriciens de l’Esthétique de la communication) de mettre le dispositif en action en le commandant à distance. Trois webcams leur restituent trois points de vue de la salle sous des angles différents, leur permettant de voir défiler sur l’écran de leur ordinateur, le message qu’ils viennent de lancer sur Internet… Dans un cadre hi-tech, aménagement d’un décor ménageant en son centre un puits sans fond (effet d’optique à l’aide de miroirs) auquel on accède par une passerelle luminescente. Dans la pénombre générale de la salle en se penchant au-dessus du puits, on peut apercevoir une image de synthèse sphérique et dynamique, qui change de couleur et de forme, en fonction des messages libellés par les internautes. Ces derniers s’inscrivent également en lettres de feu sur des écrans géants circulaires (à diodes électroniques) qui forment le pourtour du décor, à l’intérieur duquel les visiteurs de l’exposition se déplacent. Les visiteurs disposent aussi de deux postes de consultation qui leur permettent depuis la salle, elle-même, de proposer leur propre message qui est expédié et transite par Internet. Différents écrans plats à plasma, disposés frontalement, complètent le décor général en diffusant des globes lumineux colorés dont les mouvements lents et croisés évoquent ceux d’un système solaire.

Comme chacun sait : il n’y a plus de " centre " localisable aujourd’hui dans les réseaux ! Forest joue sur cette nouvelle donnée qui modifie notre relation au temps, à l’espace et par conséquent… au monde ! Les écrans circulaires constituent métaphoriquement pour l’artiste une sorte de " lessiveuse " géante dans laquelle les matériaux (fragments de phrases et de textes) expédiés par les internautes se recyclent sans fin, dans un centre du monde en un perpétuel mouvement et déplacement.

MATÉRIEL TECHNIQUE :

- une Silicon Graphics

- trois webcams Axis

- douze ordinateurs Compaq

- quatre écrans plasma Pioneer

- 12 modules à diodes électroniques Display Productions

Le développement du programme d’interaction a été assuré par Pascal Joube, ingénieur informatique.

 

BIBLIOGRAPHIE  :

- Nice-Matin, N° 20, septembre 1999, " Fred Forest transforme l’Espace Cardin en centre du monde électronique " par Nadine Lefévre.

- L’Express, N°2515, du 16 au 22 septembre 1999, " Rendez-vous sur le Net : Fred Forest est-il un mégalo ? ".

^


Présentation | Exposition | Réflexion | Actualités | Contact

Copyrights Fred Forest